Léléphant un acteur crucial de sa propre évolution

first_imgL’éléphant, un acteur crucial de sa propre évolutionPubliée sur le site de Nature, une étude britannique suggère que la lignée des éléphants africains a, d’une certaine façon, stimulé activement l’évolution morphologique de ses propres dents en changeant de régime alimentaire lorsque la savane a remplacé la forêt en Afrique orientale entre -10 et -5 millions d’années.Adrian M. Lister, du Muséum d’histoire naturelle de Londres, a rapproché les données scientifiques connues concernant, d’une part, la composition des sols est-africains au cours des 20 derniers millions d’années, et, d’autre part, la composition des restes fossiles de proboscidiens (éléphants) durant la même période. Son but : suivre l’évolution des taux de C13, un isotope du carbone, dans ces deux types “d’archives”, et préciser dans quelle mesure les deux taux coïncidaient.À lire aussiMaladie de Charcot : symptômes, causes, traitement, où en est on ?Pourquoi ? Parce que le taux de C13 est un indicateur de la couverture végétale d’une région. Il dépend du type de plante présente (feuille d’arbre ou herbe), et se retrouve à l’identique à la fois dans le sol où celle-ci pousse et dans l’émail dentaire des animaux qui se nourrissent de la plante. L’objectif était donc de faire un parallèle entre l’évolution de la flore d’Afrique orientale et celle du régime alimentaire des ancêtres de l’éléphant, ce majestueux herbivore.Ces données ont également été rapprochées de l’évolution de la denture de ces animaux. Les résultats, selon l’auteur, suggèrent le scénario suivant : débutant il y a environ 10 millions d’années à la suite de changements climatiques, un remplacement progressif des forêts par les savanes a eu lieu. Vers -8 millions d’années, vivant dans une mosaïque de forêts et de prairies sèches, les proboscidiens – entre autres – ont commencé peu à peu à consommer l’herbe en plus ou à la place des feuilles d’arbres.Une évolution subie ET provoquée Puis, vers -5 millions d’années seulement, leurs dents ont évolué : les couronnes de leurs molaires sont devenues jusqu’à trois fois plus hautes, et plusieurs crêtes d’émail, propres à broyer l’herbe – plus coriace que les feuilles et souvent mêlée à du sable – sont apparues. Selon ce scénario, les animaux ne se contenteraient donc pas forcément de subir l’évolution en fonction des changements du milieu : leur comportement contribuerait aussi à façonner leur destin évolutif…Le 6 juillet 2013 à 18:52 • Maxime Lambertlast_img

Recommended Reading

Discuss

Your email address will not be published. Required fields are marked *